Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2016

TOUT POUR LA FRANCE

« Les 20 et 27 novembre, cela doit être le choix pour une véritable alternance. C’est ce qu’attend le peuple de droite et du centre qui veut tourner la page du socialisme et ouvrir celle d’un nouvel espoir pour tous les Français »

 

Le quinquennat de François Hollande s’achève dans la confusion et le désordre. Les Français sont exaspérés par ce Président qui leur a menti sur tous les sujets.

L’alternance politique, que vont permettre les élections présidentielles et législatives de 2017, sera l’occasion de tourner la page de cette terrible parenthèse socialiste de cinq années, née dans le flou des promesses non tenues de François Hollande. Au lendemain d’une primaire de gauche, gagnée dans un compromis idéologique boiteux et dans les calculs politiciens, le candidat de la gauche n’avait aucune chance de réussir son quinquennat.

Aujourd’hui, le mécontentement des Français doit être entendu et leur demande de changement exaucée : ce mécontentement se transformerait en colère si la droite, épousant les petites combinaisons de partis, se perdait dans une alternance molle, celle des changements dans la continuité.

Ce n’est pas ce qu’attendent les Français. Pour eux, comme pour nous, l’alternance doit être solide, franche et visible.

De ce point de vue, le retour opportuniste de François Bayrou dans la primaire de la droite et du centre est un signe annonciateur de cette compromission idéologique.

On ne peut pas sortir du socialisme avec celui qui nous y a fait rentrer, surtout lorsqu’il annonce par avance qu’il ne respectera pas le choix des électeurs de la primaire si son candidat n’est pas choisi. Par deux fois, François Bayrou, plaçant son opportunisme au-dessus de l’intérêt des électeurs de la droite et du centre, a voté socialiste en 2007 et en 2012. Aujourd’hui, il négocie des circonscriptions, comme aux plus belles heures de la IVème République, pour soumettre la future majorité à ses propres idées, éloignées d’une alternance franche et claire.

L’expérience socialiste a prouvé que l’ambiguïté a conduit à la division. Les Français nous interrogent souvent sur notre capacité à faire après l’élection, ce qui a été dit avant. Comment y parvenir avec une majorité de circonstance ? La clarté est le meilleur moyen pour rassembler les Français. Nous refusons ces arrangements qui conduiront à un programme avant l’élection et un autre programme une fois le Président élu.

La véritable alternance, c’est celle qui restaurera l’autorité de l’Etat, qui aura le courage d’adapter notre Etat de droit face à la menace terroriste, qui baissera les impôts des Français, qui mettra fin aux abus de l’assistanat, qui renforcera la compétitivité de nos entreprises, qui luttera contre le communautarisme, qui assurera la sécurité des Français pour en finir avec l’impunité.

La primaire des 20 et 27 novembre doit être celle de la clarté. Elle doit permettre de trancher la ligne politique que le candidat de l’union de la droite et du centre doit incarner entre une alternance véritable et une alternance floue.

Pour nous, les 20 et 27 novembre, cela doit être le choix pour une véritable alternance. C’est ce qu’attend le peuple de droite et du centre qui veut tourner la page du socialisme et ouvrir celle d’un nouvel espoir pour tous les Français14732309_1291514277565783_4963585552232672226_n.jpg

Commentaires

C'est fou l'impartialité que vous avez madame Deblock . Tout le monde ne pense pas comme VOUS ! Il faut en tenir compte . Et vous finirez par voter . Bonne journée Mm Deblock .
Vous pouvez effacer je n'en pense pas moins . Vous représentez que 18000 votants a Wattrelos sur 30 000 inscrits ? Mr Daniel Macrez

Écrit par : MACREZ Daniel | 14/11/2016

Les commentaires sont fermés.