Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2010

Les Wattrelosiens ont le droit de decider! A quand un REFERENDUM?

Je m’étonne qu’à un ou deux mois de l’arrivée,
initialement prévue des gens du voyage dans le quartier de la gendarmerie,
Nous n’ayons pas encore de précision concernant la véracité du dossier.
A aucun moment dans les conseils municipaux précédents,
je n’ai été informée d’un projet de sédentarisation des gens du voyage.
Une fois de plus Monsieur Dominique Baert bafoue la démocratie.
Je suis très favorable à la sédentarisation des gens du voyage à
condition bien entendu que cela soit correctement géré dans
les règles et le respect de chacun. Ce qui n’est pas le cas !
Les Wattrelosiens sont tous concernés, c’est pourquoi
je propose que la totalité des citoyens soient informés et sondés.


Pourquoi ne pas organiser un référendum ?


Une bonne fois pour toute, nous pourrions connaitre le sentiment des Wattrelosiens
qui sont tout de même les principaux concernés.

Je tiens à remercier Monsieur Satabin pour sa courtoisie et lui souhaite bonne route.
Bienvenue au nouveau DGS. Monsieur Pélisson qui semble maitriser la technique administrative ,

il parle de grilles de notations pour les agents, de concertation, de compréhension,

de respect de tous, d’économies, d’efficacité de service rendu à la population .

Puis-je espérer Monsieur entendre un jour parler d’efficience ?


Le Messie serait-il de passage à Wattrelos ?

donnez moi votre avis sur un eventuel referendum!

07:44 Publié dans Wattrelos | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : ump wattrelos

10/03/2010

INQUIETUDE DES RIVERAINS DU QUARTIER DE LA GENDARMERIE

Hier soir, mardi 9 mars, les riverains du quartier de l’ancienne gendarmerie m’ont invité à participer à une réunion concernant l’arrivée de 9 familles des gens du voyage dans les locaux de la gendarmerie. La colère se fait sentir car, c’est par voix de presse du 6 mars qu’ils apprennent la nouvelle. Aucune concertation avec la population de la part de la Municipalité.  « Nous désirons un rendez vous avec le maire » les riverains se sentent exclus du projet comme ci tout était déjà orchestré.

Dominique Baert doit se rapprocher de la population qui a peur pour son quartier si paisible, même si cela n’est pas a son initiative .C’est au maire de la ville à concerter les habitants même si c’est une décision de la communauté Urbaine de Lille. Une explication est  des plus attendue par les riverains qui ont déjà lancé une pétition.

L’incompréhension d’une dame expliquant la demande de logement de sa fille datant de plus de 2 ans. « J’héberge ma fille mon beau fils et ma petite fille pour éviter qu’ils soient à la rue et juste devant chez moi des gens du voyage vont bénéficier d’un logement alors que ma famille attend depuis plus de 2 ans »

Les riverains ne sont absolument pas contre la sédentarisation des gens du voyage bien au contraire, mais ils estiment que 9 familles ensemble c’est très mal venu, une forte impression de ghettoïsation et de non respect de la mixité sociale se fait sentir.

Pourquoi ne pas installer 2 familles des gens du voyage avec des retraités et des familles wattrelosiennes en mal de logement, c’est la question de fond.

Personnellement je pense que Wattrelos souffre déjà du manque de logement et que même si la sédentarisation des nomades est régit sous la loi de 2001 pour toutes les villes de plus de 5000 habitants, Wattrelos se devait d’attendre puisqu’elle n’est même pas en mesure de loger ses propres citoyens.

SANDRINE DEBLOCK

Des familles logées à l'ancienne gendarmerie

 

C'est confirmé. Wattrelos va fermer l'aire d'accueil des gens du voyage de la Martinoire. À terme, seize familles vont être sédentarisées. Pour l'heure, neuf d'entre elles seront installées dans les anciens logements de la gendarmerie. Premiers emménagements en juin.


ÉLIZABETH DA COSTA > elizabeth.dacosta@nordeclair.fr
L'annonce a provoqué une légère vague de panique dans la communauté des gens du voyage de Wattrelos.
Et dans le centre-ville aussi. Neuf des seize familles vont emménager dans les appartements de l'ancienne gendarmerie. À l'angle des rues François-Mériaux et du Carin, neuf couples et leurs enfants installeront vêtements, meubles et livres scolaires. « Notre enjeu a toujours été de les réinsérer » précise Henri Gadaut, adjoint. Une opération pas facile mais tout aussi emblématique. Il faut dire que de leur côté, les nomades wattrelosiens ont déjà fait une part de leur « mission ». Tous les enfants sont aujourd'hui scolarisés : les petits à l'école Brossolette, les collégiens à Pablo-Néruda. Certains adultes ont carrément réussi à s'« insérer » dans la vie professionnelle : l'épouse de Charles a trouvé un boulot de maraîchère et le fils de David un stage de mécanique.



De la place pour
tout le monde ?

Ce changement radical se fait, bien évidemment, avec une certaine anxiété pour cette communauté vouée à oublier à jamais caravanes et mobil-homes. Mais aussi, les gitans sont parfaitement conscients que leur arrivée va provoquer du remous dans le voisinage. « Pourtant, nous ne sommes pas des voleurs, insistent deux pères de familles, aussi frères. Et pas un seul des nôtres ne fait la manche aux carrefours » Sans oublier que certaines familles risquent de rester sur le carreau. « Que vont devenir les familles restantes. Il n'y a pas de place pour tout le monde dans ces appartements. Où vont aller ceux qui restent, regrette Vida en porte-parole de toute la collectivité. On ne peut pas laisser certaines familles se faire expulser du terrain. Ça fait quand plus de 30 ans qu'on vit ensemble. Et les enfants, faut qu'ils puissent aller à l'école. » En effet, cet été, il ne devra plus y avoir de caravanes sur l'aire d'accueil de la Martinoire pour laisser place à la route habitat-travail, reliant Wattrelos à Tourcoing. La municipalité se veut rassurante. Les familles qui ne peuvent pas y être logées seront placées sur un autre terrain de façon provisoire... en attendant de leur trouver une proposition de relogement en « dur ». « Attention, ce terrain ne sera pas une nouvelle aire d'accueil pour gens du voyage. Seules les familles qui vivent à Wattrelos depuis toutes ces années auront le droit d'aller sur ce terrain . Pour l'instant, on ne sait pas encore où, ajoute Henri Gadaut. Mais pas question d'accueillir de nouveaux voyageurs dans notre ville. » Les enfants peuvent être rassurés : personne ne les empêchera de jouer dans la cour de récré de leur école wattrelosienne, ou de se séparer de leurs copains de classe. Et par la même occasion, ces jeunes pourront continuer de faire la lecture à leurs parents.
Pierre, lui est soulagé : « Cet hiver, les canalisations d'eau ont gelé. On a dû faire fondre de la neige pour faire à manger. Tout ça, c'est bientôt fini. »w

 

Des riverains contre l'arrivée des nomades

Publié le mercredi 10 mars 2010 à 06h00 NE

Les anciens locaux de la gendarmerie doivent accueillir des familles de gens du voyage. Ce qui inquiète les riverains...

 

Nord éclair mentionnait samedi dernier l'installation de neuf familles des gens du voyage dans l'ancienne gendarmerie à partir de juin. Hier, une quinzaine de riverains ont fait part de leur mécontentement. Une pétition commence à circuler.



ÉLIZABETH DA COSTA > elizabeth.dacosta@nordeclair.fr
« Nous ne sommes pas contre les gens du voyage. Mais nous ne trouvons, pas normal de mettre autant de familles au même endroit. » Hier, une quinzaine de riverains se sont rassemblés pour faire part de leurs grandes inquiétudes.
« Je trouve que c'est une mauvaise idée d'installer autant de familles au même endroit, estime Gauthier. Regrouper neuf familles dans ces logements, c'est les mettre dans un ghetto. Ce n’est pas comme ça qu'on va les tirer vers le haut... » Comme cet habitant du quartier, d'autres riverains ne comprennent pas ce choix. « On aurait très bien pu les éparpiller dans toute la ville » suggère Hakim qui insiste pour préciser pour cette réaction « n'a rien à voir ni avec la politique, ni avec du racisme ». D'autres ont une réaction un peu plus tranchée. Et ne comprennent pas que ces logements ne soient pas attribués à des Wattrelosiens en attente de logement depuis longtemps. « Ma fille a demandé un logement avec deux chambres, déplore Martine, riveraine de l'ancienne gendarmerie. Ça fait deux ans qu'elle attend. »
Rendez-vous avec le maire
Ce qui chagrine aussi les riverains, c'est le manque d'information autour de la réhabilitation de ces habitations. « Nous sommes tombés des nues quand nous l'avons appris » regrette Gauthier. « J'ai l'impression qu'on a voulu faire ça dans le brouillard » rétorque un riverain qui souhaite conserver l'anonymat. Depuis hier, les riverains des rues de la Paix, du Carin et François-Mériaux font circuler une pétition.
Vingt-cinq personnes l'ont déjà paraphée. « On va continuer à faire du porte-à-porte pour en récolter d'autres » explique l'un d'entre eux. « Nous avons demandé à rencontrer le maire, ponctue Hakim. Nous attendons qu'il nous rappelle. » w

07:21 Publié dans Wattrelos | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : ump

22/01/2010

conseil municipal

Conseil Municipal

  Le conseil municipal de wattrelos

            aura lieu le 29 janvier 2010

         drapfrance[1].gif           à 18H30 à l 'Hotel de ville.

 

21:02 Publié dans Wattrelos | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : wattrelos

18/01/2010

ELECTIONS REGIONALES

Ma vie!

            Ma Région!

                            Mon Avenir!

Aujourd'hui, à WATTRELOS nous avons commencé  le premier tractage de la campagne de la majorité Présidentielle. 

Avec vous et pour vous, je veux batir une région plus dynamique,plus innovante,plus proche,plus juste et plus solidaire!

                                                                 VALERIE LETARD

17:23 Publié dans Wattrelos | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump;wattrelos

08/11/2009

Conseil Municipal du 5 novembre

conseil municipal du 5 novembre

Vœu de la majorité municipale

Demandant au gouvernement le retrait de son projet de loi sur

le changement de statut de La Poste

 

 

 

 

Du 27 septembre au 3 octobre  le Comité National contre la Privatisation de La Poste pour un Débat Public et un Référendum sur le Service Public Postal, composé de 62 organisations associatives, syndicales, partis de gauche et les fédérations et associations des élus socialistes et républicains, communistes et républicains, verts et écologistes, de la gauche radicale et républicaine, du mouvement républicain et citoyen, a organisé dans tous le pays, au travers de plus de 10 000 points de vote, une « consultation citoyenne » sur l’avenir de La Poste.

 

La question posée était simple et précise. « Le gouvernement veut changer le statut de La Poste pour la privatiser, êtes vous d’accord avec ce projet ? »

 

Le résultat de ce vote est sans appel. Avec plus de 2 123 717 votes comptabilisés et validés par les comités locaux et départementaux, plus de 90 % des personnes qui ont participés à cette consultation ont dit NON au changement du statut de La Poste, à l’ouverture de son capital et donc à sa privatisation. Un sondage a montré que 75 % des français voteraient "NON" si leur avis était sollicité par référendum sur le changement de statut de la Poste.

 

Le succès de cette initiative inédite témoigne de l’attachement profond de la population au service public de La Poste qui au delà de son rôle économique joue un rôle de lien social indispensable et irremplaçable, tant en milieu urbain qu'en milieu rural.

 

Le Conseil municipal de Wattrelos considère donc que le résultat de cette votation citoyenne, la mobilisation, le rassemblement  et l’unité réalisée autour de la défense du service public a démontré la force et la légitimité des exigences populaires.

 

Le Président de la République et son gouvernement doivent entendre ce verdict sans appel et renoncer définitivement à leur projet de loi.

 

 

 

 

En conséquence, le Conseil municipal de Wattrelos :

-          réaffirme que le service public postal de proximité est un outil du développement de nos territoires, urbains et ruraux, et est un élément majeur de la vie sociale de nos quartiers ;

-          rappelle que La Poste appartient à toutes et à tous, aucune modification de son statut ne peut se faire sans l’assentiment populaire par voie référendaire,

-          demande au gouvernement l’abandon pur et simple de son projet.

Ma reponse:

C’est en 1997 que le gouvernement de Lionel Jospin adoptait, au niveau européen, un texte qui en quelque sorte actait la libéralisation des services postaux, jugeant qu’elle était nécessaire au secteur postal lui-même. Il ne faut pas non plus oublier que c’est sous le gouvernement de Michel Rocard que le statut de France Télécom fut modifié. Aujourd’hui vous vous manifestez  ensemble contre le changement de statut de La Poste ! Je comprends mieux pourquoi, les électeurs de gauche n’y comprennent plus rien ! Pourquoi leurs dirigeants étaient-ils pour avant, pourquoi sont-ils contre maintenant ? Pourquoi le gouvernement Jospin ne s’est-il pas opposé à cette directive européenne en 1997 ?

Un nouveau statut pour être plus efficace !
Aujourd’hui, le Gouvernement, souhaite renforcer et moderniser le service public de La Poste. Afin de conforter la qualité de ce service public, si précieux en termes de lien social et économique, il va investir 2,7 milliards d’euros. 100% des capitaux de La Poste resteront publics. Il ne sera nullement question d’une quelconque privatisation. Le Gouvernement souhaite moderniser le service public postal en y investissant de l’argent public, ce qui contribuera à l’amélioration de sa compétitivité, son efficacité et de sa proximité au service des citoyens. Les missions de La Poste sont garanties par la Loi. Quant à l’ouverture à la concurrence, elle est souhaitée par l’Union européenne qui reconnaît le « caractère fondamental des services postaux » et les considère comme un « service public d’intérêt économique général ». L’ensemble de nos partenaires européens ont donc la même perception que nous pour ce qui est de l’importance de la Poste en termes de service public. Nous devons soutenir et conforter, sans a priori idéologique et sans crainte infondée, ce changement de statut qui a pour but de donner enfin à La Poste les moyens de ses missions de service public : service universel du courrier, contribution à l’aménagement du territoire, transport et distribution de la presse, accessibilité bancaire…

Au-delà de cette polémique de statut, pouvons-nous imaginer le rôle de la Poste de demain ?

Oui, bien sûr. Avec les nouvelles techniques de communication, la dématérialisation du courrier, nous pouvons envisager un passage du facteur tous les deux jours. Il est dans le domaine du possible d’améliorer les conditions de distribution du courrier, car combien de foyers relèvent leur courrier le soir, après leur journée de travail ?

Gauche et droite avons une grille de lecture différente sur ce sujet. La gauche défendant un statut, la droite le service.